Livres récents: Voyage au pays des Ouïghours

Appel à un rassemblement citoyen pour la liberté, 01 oct PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

Jeudi, 1ère octobre 2009 de 18h à 20h30 sur le parvis des droits de l’Homme, au Trocadéro à Paris.
manif 1 oct. 2009Nous allons observer le 1ère octobre comme une journée mondiale de deuil pour les peuples chinois, Ouïghour et Tibétain ; parce que nous sommes tous victimes d’un même tyran, ( le P.C.C.).

Nous respectons toujours la Chine comme une Nation, un peuple au même titre que les autres dans le monde. Les autres peuples doivent aussi bénéficier du même respect de la part de la « Chine populaire ».

Les Chinois, les Ouïghours et les Tibétains se retrouveront ensemble avec les amis français, le 1ère octobre, pour dénoncer les violences et les injustices infligées par le régime totalitaire du « Parti communiste chinois » contre les populations qu’il prétend gouverner. L’intérêt suprême du Parti communiste chinois est de se maintenir au pouvoir éternellement.

Lire la suite...
 
Taïwan interdit une visite de la dissidente ouïgoure Rebiya Kadeer PDF Imprimer Envoyer
Samedi, 26 Septembre 2009 08:46

China accuses Rebiya Kadeer of inciting violence - which she deniesTAIPEI — Taïwan a décidé d'interdire une visite de la dissidente ouïghoure Rebiya Kadeer qui avait accepté une invitation d'un groupe plaidant pour l'indépendance de l'île nationaliste face à Pékin, a annoncé vendredi un responsable du bureau d'Information du gouvernement.

"Nous pris la décision de refuser à Kadeer l'entrée (sur le territoire) en estimant que cette visite pourrait porter atteinte aux intérêts nationaux et à l'odre social", a déclaré le ministre de l'Intérieur Jiang Yi-huah dont le propos étaient rapportés par un responsable du bureau d'Information.

Lire la suite...
 
Massacre d’Urumchi : Qu'est gagnant, qu'est perdant? PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 2
MauvaisTrès bien 
Jeudi, 24 Septembre 2009 22:19

A policeman makes an arrest in Urumqi, in the far western region of Xinjiang, as authorities sought to maintain calm after deadly ethnic clashes. Photo Credit: By Nelson Ching -- Bloomberg NewsLes évènements sanglants depuis le 5 juillet dernier à Urumchi ont laissé des très lourdes traces dans l’histoire contemporaine de la Chine et aussi dans celle des Ouïghours. La presse internationale a félicité d’une part une première ouverture médiatique du gouvernement chinois, qualifiant ce dernier d’avoir tiré une bonne leçon de ce qui s’est passé l’année dernière à Lhassa. En réalité, si on entre dans la vie réelle de la région ouïghoure depuis ce massacre, le gouvernement chinois n’a su gérer cette affaire ni au niveau interne ni à l’échelle internationale.

Malgré la censure totale et une limitation extrême pour les journalistes étrangers, le monde entier a diffusé pendant au moins une semaine ces informations venant de la Région comme l’actualité internationale du premier plan.
Lire la suite...
 
Rebiya Kadeer se rendra à Taïwan PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 2
MauvaisTrès bien 
Mercredi, 23 Septembre 2009 11:30

La dissidente ouïghoure Rebiya Kadeer a accepté une invitation à se rendre à Taïwan lancée par un groupe plaidant pour l'indépendance de l'île nationaliste face à Pékin, a indiqué aujourd'hui ce groupe.

"Mme Kadeer a exprimé ses remerciements pour l'invitation et a indiqué qu'elle se rendrait certainement à Taïwan", a indiqué Marie Lin, représentant un groupe de la jeunesse anti-communiste de Taïwan.

Les autorités taïwanaises doivent encore accorder un visa à Mme Kadeer pour qu'elle se rende dans l'île.

Le premier ministre Wu Den-yih n'a pas indiqué si le gouvernement taïwanais allait accorder un visa mais a précisé qu'une décision serait annoncée à la fin de la semaine.

Une visite de Mme Kadeer pourrait irriter Pékin qui avait exprimé "résolument" son opposition à une récente visite à Taïwan du dalaï-lama. Taïwan est séparé de fait de la Chine communiste depuis 60 ans. Les relations se sont cependant nettement réchauffées depuis l'arrivée au pouvoir en 2008 du président Ma Ying-jeou, membre du Kuomintang (KMT), parti nationaliste, qui s'est engagé à resserrer avec Pékin des liens mis à mal par son prédécesseur pro-indépendantiste. © AFP & Lefigaro.fr

 
Retour sur les violences entre Ouïgours et Hans PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 5
MauvaisTrès bien 
Vendredi, 18 Septembre 2009 18:03

Par Thierry KELLNER, diploweb.com, le 15 septembre 2009

Géopolitique de la Chine. L’auteur présente une grande fresque des émeutes interethniques de juillet 2009 au Xinjiang. Il en détaille la genèse, présente les deux versions, le bilan humain, les causes profondes, la réaction des autorités et s’interroge sur les perspectives à l’échelle de la Chine puis à l’échelle planétaire.

Sur le plan international, pour la première fois, outre les critiques occidentales - d’ailleurs assez modérées -, Pékin a aussi essuyé les critiques de certains pays musulmans, notamment de la Turquie. Si de nombreux États sont certes restés très mesurés dans leurs commentaires, l’image de la Chine dans les sociétés et les opinions publiques musulmanes s’est cependant dégradée. Un nouveau facteur dont elle va devoir désormais tenir compte au regard de ses ambitions mondiales.

Tensions Ethniques

Nous avons assisté le dimanche 5 juillet 2009 à une violente émeute à caractère interethnique à Urumqi, la capitale provinciale de la région du Xinjiang, une ville qui compte 2,36 millions d’habitants, dont 72 % de Han – c’est-à-dire de Chinois ethniques selon la terminologie officielle de la République populaire de Chine (RPC) - et 12 % de Ouïgours. Il s’agit du plus important incident dans cette région depuis les émeutes de Kuldja/Yining en 1997, voire depuis la période de la Révolution culturelle. Pour comprendre les causes immédiates de ce qui s’est passé à Urumqi, il faut remonter un peu dans le temps.

Lire la suite...
 
<< Début < Préc 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 Suivant > Fin >>

Page 29 de 30