Livres récents: Voyage au pays des Ouïghours

Première visite en France de Rebiya Kadeer :Le gouvernement français doit entendre la voix des Ouïghours PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Lundi, 14 Décembre 2009 21:11

Communiqué de Presse

Amnesty International France
Paris, le 11 décembre 2009 –  SF 09 M 120

Première visite en France de Rebiya Kadeer :

Le gouvernement français doit entendre la voix des Ouïghours

 

Amnesty International France (AIF) a invité Rebiya Kadeer, figure emblématique de la défense des droits des Ouïghours, à venir pour la première fois en France pour faire connaître et attirer l’attention sur les graves violations que subit ce groupe ethnique en Chine. 

Présidente du Congrès mondial des Ouïghours depuis 2006, aujourd’hui en exil aux Etats-Unis, Mme Kadeer réfute les accusations de « terrorisme, séparatisme et extrémisme religieux » par les autorités chinoises et rappelle que son combat tend à rétablir un dialogue constructif pour trouver une solution pacifique aux souffrances des Ouïghours. Elle « espère que les droits de son peuple seront reconnus sans que le sang ne soit versé et en accord avec le droit international ».

Elle a rappelé que « de plus en plus de personnes sont soumises à des arrestations, des tortures en prison et des exécutions sans procès. J’ai appris avant-hier que 94 personnes avaient été arrêtées arbitrairement. Le gouvernement chinois doit cesser les persécutions à l’encontre de mon peuple ». 

Alors que deux de ses fils sont détenus en Chine, elle s’inquiète : « je suis aujourd’hui sans nouvelles de mes proches et de ce qui se passe dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang car les connexions Internet, les liaisons téléphoniques internationales et les autres moyens de communication sont bloqués depuis les événements du 5 juillet 2009 ». 

Lors de cette visite exceptionnelle en France, Rebiya Kadeer a rencontré M. François Zimeray, Ambassadeur de France pour les droits de l’homme, à qui elle a fait part de ses préoccupations et de ses attentes vis-à-vis du gouvernement français :« le respect des droits humains, la démocratie et l'État de droit doivent être au cœur des relations entre la France et la Chine » et a ajouté que « des centaines d’étudiants ouïghours en exil en France ne peuvent pas retourner chez eux sans risques, la France doit leur apporter une protection ». 

« Nous espérons que les demandes de Rebiya Kadeer ont été entendues par la France. Il est impératif que celles-ci soient soulevées lors des prochains contacts bilatéraux avec la Chine» a déclaré, Geneviève Garrigos, présidente d’Amnesty International France.

 

 

 

Informations complémentaires 

Femme d’affaires ouïghoure, Rebiya Kadeer, un temps célébrée par les autorités chinoises pour son succès dans les affaires, a toujours tenté d’user de son influence pour améliorer la condition des Ouïghours, notamment des femmes et des enfants. C’est cet engagement qui lui vaut harcèlement, arrestation et exil. Arrêtée en août 1999, elle est accusée et condamnée à 8 ans de prison pour avoir « divulgué des secrets d’Etat». Amnesty International la considère comme une prisonnière d’opinion et mène campagne pour sa libération. Le harcèlement de sa famille s’intensifie après sa libération en mars 2005 et son départ en exil aux États-Unis. 

A son arrivée, Rebiya Kadeer a fondé l’International Uyghur Human Rights and Democracy Foundation, association pour promouvoir et défendre les droits des femmes et des enfants ouïghours. En mai 2006, elle a été élue Présidente de l’Uyghur American Association ainsi que Présidente du Congrès Mondial Ouïghour. 
Aujourd’hui, deux de ses fils, Alim et Ablikim Abdiriyim sont emprisonnés, condamnés à de lourdes peines, très vraisemblablement en représailles des activités de leur mère. Amnesty International les considère comme des prisonniers d’opinion et mène campagne pour leur libération. 

Le droit chinois, notamment la Constitution, et la Loi relative à l’autonomie régionale ethnique de 1984 accordent également aux minorités ethniques le droit de protéger, de préserver et de promouvoir leur culture.



Pour plus d’informations sur Rebiya Kadeer et la situation des droits humains dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang : 
http://www.amnesty.fr/index.php/amnesty/s_informer/actualites/rebiya_kadeer



Amnesty International France 
Service presse - Aurélie Chatelard / Laure Delattre 01 53 38 65 77 - 65 41 / 06 76 94 37 05 

Créée en 1961, Amnesty International (AI) est une association indépendante de toute tendance politique, de tout intérêt économique ou croyance religieuse qui s’appuie sur un réseau de plus de 2,7 millions de membres et sympathisants afin de défendre et de promouvoir les droits humains dans le monde. Amnesty International a reçu le Prix Nobel de la paix en 1977. Amnesty International France (AIF) a été créée en 1971. Son financement repose essentiellement sur la générosité du public (plus de 220 000 donateurs actifs), de ses ventes de produits de soutien et des cotisations de ses membres (près de 20 000). AIF fait partie du Comité de la Charte qui garantit la rigueur de sa gestion et la transparence de sa communication avec ses donateurs. (C) AIF

Mise à jour le Lundi, 14 Décembre 2009 21:16