Livres récents: Voyage au pays des Ouïghours

Actualités
Après l'attaque de Kunming, des Ouïghours paient les pots cassés PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 07 Mars 2014 09:32
kunming
Au moment où l’attaque sanglante, survenue samedi 1er mars dans le sud-ouest de la Chine, était attribuée par les autorités chinoises à des terroristes de la minorité ouïghour, certains Chinois se sont empressés d’appeler à la réconciliation sur les réseaux sociaux. Mais d’autres se sont laissés tenter par l’amalgame. Et des Ouïghours commencent à en payer le prix.
Lire la suite...
 
Quelle est l’origine de la violence des musulmans ouïgours en Chine ? PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 07 Mars 2014 09:24

urumqi-2009.xingjiang0

Les autorités chinoises ont arrêté, lundi 3 mars, trois suspects après la tuerie au couteau de Kunming du samedi 1er février dans laquelle 29 personnes ont été tuées et plus de 130 blessées, perpétrée selon elles par des« séparatistes » musulmans ouïgours de la province autonome du Xinjiang.

Lire la suite...
 
La Chine inculpe de «séparatisme» un économiste ouïghour PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 26 Février 2014 21:57

Un éminent intellectuel ouïghour arrêté le mois dernier à Pékin a été inculpé de «séparatisme», a annoncé mercredi son épouse, une charge lui faisant encourir une longue réclusion, voire la peine capitale.

«L'accusation de séparatisme ne repose sur rien. Mon mari est tout simplement un professeur d'université», a déclaré par téléphone à l'AFP Guzaili Nu'er, la femme d'Ilham Tohti.

Le professeur Tohti est connu pour dénoncer la répression visant les habitants de sa région d'origine, le Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine.

Lire la suite...
 
Massacres extra-judiciaires de Ouïghours au Turkestan Oriental PDF Imprimer Envoyer
Jeudi, 23 Janvier 2014 23:35

Au cours des 9 derniers mois (depuis avril 2013), plus de 30 incidents sanglants ont frappé le peuple ouïghour au Turkestan Oriental, également connu sous le nom de Région Autonome Ouïghoure du Xinjiang (RAOX). Ces incidents sanglants, souvent caractérisés par l’agression brutale des forces de sécurité chinoises contre des civils ouïghours paisibles et sans armes, ont été rapportés par le gouvernement chinois, et par les médias qui en dépendent, comme des “attaques terroristes”, et les très nombreux Ouïghours qui ont été tués par balles sur ordre des autorités chinoises ont été qualifiés de terroristes. Des témoins oculaires sur le terrain ont permis à la communauté internationale de rétablir sans ambiguïté la véritable nature de ces incidents, et de faire connaître les conditions de vie des Ouïghours au Turkestan Oriental. Ces compte-rendus d’incidents réfutent la version officielle chinoise en établissant que les forces de sécurité chinoises ne protègent pas les citoyens en supprimant des djihadistes formés à l’étranger, mais tirent sans provocation sur des foules ouïghoures désarmées. Bien plus, les nombreuses et récentes mises à mort extra-judiciaires prouvent que la politique de Beijing envers les Ouïghours a pris une direction nouvelle ; les autorités chinoises ne prennent plus la peine d’arrêter, et de faire passer en jugement, des criminels supposés, mais visent plutôt à les supprimer. Lorsque leurs familles demandent des nouvelles des victimes, elles ne peuvent, le plus souvent, obtenir d’informations, elles sont congédiées, ou même arrêtées elles-mêmes ; on ne leur permet même pas de donner à leurs proches une sépulture convenable…

Cliquez ici pour lire le rapport: http://www.uyghurcongress.org/fr/wp-content/uploads/Massacres-extra-judiciaires-de-Ouïghours-au-Turkestan-Oriental.pdf

 
Chine: Deux Ouïghours expulsés du Cambodge condamnés à la prison à vie PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 27 Janvier 2012 22:16

Deux Ouïghours expulsés du Cambodge vers la Chine il y a deux ans ont été condamnés à la prison à vie, rapporte ce vendredi la radio à capitaux américains Free Asia.

Les deux hommes faisaient partie d'une vingtaine de membres de la minorité musulmane du Xinjiang, en Chine occidentale, ayant demandé l'asile à la suite des émeutes entre Ouïghours et membres de l'ethnie Han, majoritaire en Chine, à Urumqi en juillet 2009. Leur expulsion par Phnom Penh avait été amplement critiquée par les groupes de défense des droits de l'homme. Deux jours après leur extradition en décembre 2009, le vice-président chinois Xi Jinping s'était rendu à Phnom Penh pour signer 14 accords commerciaux d'un montant total de 850 millions de dollars.

Radio Free Asia a dit tenir ses informations sur leur condamnation de sources familiales et pénitentiaires au Xinjiang. Elle n'a pas précisé la date ni les raisons de leur condamnation. Un porte-parole du gouvernement du Xinjiang a dit ne pas avoir eu connaissance du jugement. (C) 20minutes.fr

 
<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 10 de 24